Снежная королева – La Reine des Neiges – Sneedronningen

Снежная королева, « Snezhnaya Koroleva »  ou « La Reine des Neiges », est après le conte du romancier danois Hans Christian Andersen « Sneedronningen » , un film d’animation russe de Lev Atamanov sorti en 1957.

***

Снежная королева, « Snezhnaya Koroleva »  or « The Snow Queen », is after the Danish author Hans Christian Andersen’s tale, a Russian animation movie from Lev Atamanov, 1957.

La Reine des Neiges 1957, 2012, 2013

La Reine des Neiges
1957, 2012, 2013

A la sortie sur nos écrans le 4 décembre 2013 du film d’animation des studios Disney du même nom, j’ai voulu voir ce qu’ils en avaient fait : superbe réussite sur les décors, les costumes, les paysages, la poésie à mon avis, mais une grosse déception sur les musiques tonitruantes et (beaucoup) trop nombreuses, les attitudes de séductrices et de divas des deux princesses un peu déplacées dans un film d’enfant, et un rythme tambourinant, incessant qui ne nous laisse même pas le temps d’admirer les décors féériques. Et j’ai eu un gros coup de coeur pour Sven le renne !

***

When the Disney’s « Frozen » came out on our screens in France on December the 4th, I wanted to see their adaptation of the tale : from my point of view, they did amazing on the settings, the costumes, the landscapes and poetry, but I was disappointed with the loud and (way too) numerous songs, the teasing attitudes of both princesses, inappropriate for a children movie, and with the roaring rhythm that does not let us time to appreciate the magical settings. Still, Sven was my heart-stopper !

sven reine des neiges

En sortant des salles de cinéma (au fait, la 3D vaut vraiment le coup pour ce film), j’ai eu envie de lire le conte et je suis tombée sur cet ancien film d’animation russe de 1957 dont j’ai beaucoup aimé le dessin. Le film m’a rappelée les ambiances de Noël, Fantasia, la Belle au Bois Dormant et son esthétique si caractéristique des années 1960, et j’ai eu envie de partager ces bouilles toujours aussi mignonnes.

Et au passage, si le film de 1957 est fidèle au conte d’Andersen et narre les aventures de Kay et Gerda, ce n’est pas du tout le cas du Disney de 2013, donc si vous voulez connaître la vraie histoire, voici un lien vers le texte original en français  : http://feeclochette.chez.com/Andersen/lareine.htm

***

Out of the movie room (by the way, the 3D is worth it !), I wanted to read the tale, and I found out this old Russian animated movie from 1957, of which I really liked the drawings. The movie reminded me of Christmas mood, Fantasia, the Disney’s Sleeping Beauty with this very 60’s typical aesthetic, and I wanted to share those still so cute little faces.

And if Снежная королева  is very close to the original tale, telling the adventures of Kay and Gerda, the 2013 Disney does not at all ! So if you are interested in the original story, here is a link to the text : http://www.online-literature.com/hans_christian_andersen/972/

snezhnaya.koroleva.avi.image1

snezhnaya.koroleva.avi.image3

snowqueen06

Snezhnaya.Koroleva.1957.1957.DVDRip.XviD.DUAL.AUDIO-MOTLEY.mkv_snapshot_00.46.57_[2012.11.19_15.27.57]

reine des neiges snow queen

reine des neiges snow queen

Publicités

Carl Larsson, scènes d’intérieur

Carl Larsson est un de mes peintres préférés. Surtout connu pour ces aquarelles, ce peintre suédois a dû faire un séjour à Paris pour recevoir enfin la reconnaissance dans son pays d’origine. C’est dans sa ferme Spadarfvet qu’il peint selon moi les plus belles scènes, avec des tons chaleureux, familiaux, rieurs et pleins de l’espièglerie de ses enfants.

Son album « Notre maison », peint entre 1894 et 1896, met en scène ses fils Ulf et Pontus, ses filles Brita, Suzanne, Lisbeth, Karin et sa femme Kersti, dans leur nid douillet.

En voyant ses toiles, je pense aux grandes tablées que les Suédois dressent à Noël, avec les chandeliers, les harengs, les boulettes de viande et la purée accompagnée de confiture d’airelles, le « Johansson frestelse », sorte de gratin Dauphinois aux harangs, et bien sûr les « Safransbullar » pains au safran préparés pour la Sainte Lucie avec les « kanelsbullar » – mythique roulés à la cannelle. Le tout au coin d’un grand poêle blanc en céramique…

Brita et moi, aquarelle 1895

Brita et moi, aquarelle 1895

Aquarelles extraites de l'album "Notre Maison" 1894-1896 A droite :  Ma Chambre A gauche : Entre Noël et Jour de l'An

Entre Noël et Jour de l’An                                                        Ma Chambre                                                                                                   Aquarelles extraites de l’album « Notre Maison » 1894-1896

A gauche : Lisbeth, 1894 A droite : Suzanne, 1894

Lisbeth,aquarelle 1894                                                        Suzanne, aquarelle 1894

La Fête matinale, extrait de l'album "Notre Maison', 1894-1896

La Fête matinale, extrait de l’album « Notre Maison’, 1894-1896

La Punition, aquarelle extraite de l'album "Notre Maison" 1894-1896

La Punition, aquarelle extraite de l’album « Notre Maison » 1894-1896

La Chambre de Karin et des petites

La Chambre de Karin et des petites

La Fenêtre aux Fleurs

La Fenêtre aux Fleurs

Ulf et Pontus, aquarelle 1894

Ulf et Pontus, aquarelle 1894

Des aquarelles venues de Chine

Parce qu’on parle trop peu des artistes chinois et qu’a eu lieu il y a quelques mois la Biennale de Shangai rassemblant les meilleurs aquarellistes du monde entier, voici trois aquarellistes que je voudrais présenter.

Pour la simplicité des sujets qu’ils traitent, pour la sobriété de leur palette et la manière dont ils traitent la lumière.

***

We do not speak enough about Chinese artists, and after the Shanghai Biennale gathering the best watercolour painters from the whole world, I wanted to introduce three Chinese painters.

Given the simplicity of what they paint, the sober tones and hues they use, and their treatment of the light.

chatters, zhou liming

Chatters, ZHOU LIMING

late spring, Tian Ye

Late Spring, TIAN YE

Lonely, Hou Wei

Lonely, HOU WEI
After the new year, wang weiAfter the New Year, WANG WEI

10 Portraits d’Erik Madigan Heck

J’ai parlé il y a quelques temps d’Erik Madigan Heck dans ma rétrospective sur Mary Katrantzou, et je voulais revenir plus en détail sur ce maître de l’ambiance. Je dirai peu de choses sur ce photographe, si ce n’est que c’est un américain de 30 ans, né dans le Minnesota, qui a fait des études d’art et a commencé à mettre en boite les visuels qui l’intéressaient à 14 ans. Il est le plus jeune photographe à avoir photographié la campagne « Art of Fashion » de Neiman Marcus, et sa force réside dans la mise en scène, la création d’ambiance enveloppante et qui s’extirpe complètement du cadre de la photographie.

potrait d'erik madigan heck

J’étais tentée de vous montrer des dizaines de clichés de lui, et puis par peur de vous lasser et pour rendre le tout digeste, j’ai choisi de faire une sélection de mes dix portraits préférés et de les rapprocher de certains tableaux dont les ambiances communiquent.

***

Portraits by Erik Madigan Heck

I want to do a focus on Erik Madigan Heck today. I won’t say much about himself, except that he is a young Amercan photographer of 30 years old born in Minnesota, and the youngest to have shooted the « Art for Fashion » campaign for Neiman Marcus. I believe his major strenght is settings and his ability to create an atmosphere so strong that it reaches you out of the frame.

At first, I was tempted to show you dozens of his photographs, but then I was affraid you might get bored so I chose to select my 10 favorite portraits and to link them with paintings I thought the atmospheres were connected with.

erik madigan heck for dries van noten 3

erik madigan heck for jean paul gaultier 2

erik madigan heck for giambattistaerik madigan heck for etro 2 erik madigan heck for dries van noten 4erik madigan heck for etro

erik madigan heck for conde nast

erik madigan heck for keno

erik madigan heck for alexander mcqueen

erik madigan heck for alexander mcqueen 2

Je n’ai pas trouvé de tableaux satisfaisants pour les portraits de Giambattista Valli et de Kenzo. Si vous avez une inspiration visuelle soudaine, je serai ravie de la partager !

I have not found any inspiring paintings for Kenzo and Giambattista Vallista portraits. Please let me know if you feel some paintings would be adequate !

Les illlustrations merveilleuses d’Elsa Beskow

A l’occasion des six mois que j’ai passé à Göteborg, mon amie Sarah m’a fait découvrir l’univers fabuleux de l’illustratrice Elsa Beskow. Cette auteure et illustratrice de livres pour enfants est née en 1874 à Stockholm. Elle a étudié à Konstfack, l’Université des Arts et du Design à Stocholm, avant de commencer sa carrière dans un magazine pour enfants, Jultomten (« le lutin de Noël »).

File:Elsa Beskow - from Svenskt Porträttgalleri XX.png

Sa famille venait de Bergen en Norvège, et Elsa était la deuxième enfant de six enfants. Depuis son plus jeune âge, elle aimait raconter des histoires et écouter les contes que lui récitait sa grand-mère. Elsa a créé un univers où elle mêle réalité et créatures fantastiques du folklore scandinave, comme les lutins, les géants des montagnes, et les animaux de la forêt sont très présents dans ses livres.

Dans le monde d’Elsa, les animaux parlent, les elfes des forêts jouent à saute-mouton et les enfants vivent des aventures loin de leur parents. Il faut dire que le ton qu’Elsa donne aux enfants est assez moderne pour la société du 19ème siècle. Dans le reste de l’Europe, les prémices de la littérature pour enfant se font sentir avec Jules Verne dans les années 1840, la Comtesse de Ségur en 1850, Beatrix Potter dans les années 1900, et Christian Andersen, le danois contemporain d’Elsa, à l’origine de La Petite Sirène, Den  Lille Havfrue.

elsa beskow

On connait d’elle Le Conte de la Petite Petite Vieille Femme, ou encore Tante Verte, Tante Brune et Tante Lavande. 

Parmi ses livres les plus connus, j’ai ramené de Suède le conte Tomtebobarnen, qu’on pourrait traduire par « Les enfants du Lutin ». Ce livre nous fait suivre les aventures d’une ribambelle d’enfants miniatures aux chapeaux-champignons qui frayent avec tous les habitants de la forêt.

Les personnages sont doux et malicieux, malgré un vent de panique lorsque le géant de montagne surgit de derrière un rocher. Le folklore suédois n’est plus aussi présent dans la Suède moderne que dans les campagnes de Scanie d’autrefois, mais sur la plage d’un archipel de Stockholm et avec des roulés à la cannelle, la magie refait surface.

Elsa Beskow Tomtebobarnen2

elsabeskow4

monstre du rocher elsa beskow

Ce géant des montagnes est en fait un troll dans le folklore populaire scandinave, qui saupoudre le luthéranisme suédois de restes d’une religion disparue. Ces trolls avaient les mêmes caractéristique que les géants de la mythologie ancienne scandinave :  les jötunn. 

Et cette illustration adorable d’une comptine populaire :

 » Vart ska du gå min lilla flicka ? – Jo, jag ska gå och hämta dricka. 

åt vem då, du lilla tärna ? – åt vår get som heter Stjärna.

Får jag föl med ? – Får jag föl med ? Ja, det får du gärna »

« Où vas-tu mon enfant ? – Et bien, je vais chercher à boire.

Et pour qui donc, jeune fille ? –  Pour notre chèvre qui s’appelle Etoile.

Puis-je venir avec toi ? (bis) – Oui, avec plaisir. »

Elsa Beskow Postcard 1942

 

Monet, Renoir, Chagall aux Carrières de Lumière

En redescendant d’un des plus beaux villages de France, les Baux-de-Provence, on tombe sur les Carrières de Lumière. En plein coeur des Alpilles, à quelques minutes de Saint-Rémy de Provence, ces anciennes carrières romaines rendues célèbres par Jean Cocteau sont désormais le cadre de superbes spectacles visuels.

La transformation des carrières a commencé en 1959 quand Jean Cocteau a décidé d’y tourner le Testament d’Orphée et le site a depuis continué à accueillir des spectacles audiovisuels.

carrières de lumière

Depuis 2011, la ville des Beaux de Provence a délégué la gestion de ces Carrières du Val d’Enfer à CultureEspace qui a complètement remanié la qualité des spectacles visuels.

Désormais les tableaux de peintres sont mis en mouvement en en musique, et les programmations principales sont accompagnées de petits films clôturant le spectacle.

La programmation change une à deux fois par an, et les murs haut d’une quinzaine de mètres se couvrent d’images qui évoluent comme un vieux film muet. La musique et la grandeur du site nous embarque dans les toiles de maîtres, et les scénaristes mettent toujours en scène ces tableaux de manière formidable, parfois en animant seulement un ou deux personnages.

Cette année, du 8 mars 2013 au 5 janvier 2014, vous pouvez voir Monet, Renoir… Chagall. Voyages en Méditerranée.

Carrières de Lumière - Renoir - Impressionistes

Carrières de Lumière – Renoir – Impressionistes

Carrières de Lumière

Les univers de chaque peintre convergent vers la Provence, sa lumière, ses pins tournés vers la Méditerranée. Ce spectacle nous présente tour à tour les Impressionnistes, les Fauves, Pierre Bonnard, Raoul Dufy, en finissant sur l’univers féérique et tourmenté de Marc Chagall.

La musique, choisie par Luca Longobardi, passe de l’ambiance des déjeuners sur l’herbe aux valses trépidantes des tempêtes en mer. Le spectacle s’ouvre sur un hommage à la Marseille du XVIIIème siècle peinte par Joseph Vernet.

Puis ce sont les rouleaux marins et les façades de bord de mer baignées de soleil.

Carrières de Lumière

Carrières de Lumière

On va et vient dans cette immense surface plongée dans l’obscurité. Parfois c’est le sol sous nos pieds qui s’illumine et se met en mouvement, parfois ce sont les enfants qui s’amusent à faire des ombres chinoises.

Carrières de Lumière

Carrières de Lumière

Les Carrières de Lumière

Succède aux baigneuses fauvistes l’intimité de Pierre Bonnard. Ses scènes intimistes où l’on voit sa femme, perpétuellement prise comme modèle, les natures mortes et les intérieurs tranquilles.

Raoul Dufy amène ensuite des couleurs vives et les tableaux se construisent étape par étape sous nos yeux. D’abord des tâches de couleurs, puis les traits noirs, épais, et enfin les détails. Les palmiers qui s’animent.

Carrières de Lumière - Pierre Bonnard

Et c’est Marc Chagall le dernier qui nous emporte chez lui, loin de son village natal d’Europe de l’Est, mais toujours plus loin dans sa conscience fantastique. Sa femme apparaît toujours en mariée dans des ciels de nuit, et les scénaristes ont pris soin d’animer son voile blanc qui flotte derrière elle.

Les Carrières de Lumière  - Marc Chagall

Les Carrières de Lumière – Marc Chagall

Les Carrières de Lumière  - Marc Chagall

Les Carrières de Lumière – Marc Chagall

Le spectacle coûte 9.50 € ou 7.50 € pour les tarifs réduits sur présentation d’un justificatif (étudiant, demandeurs d’emploi, groupe de 20 personnes, etc.), et vous pouvez avoir toutes les informations nécessaires à cette adresse :  http://www.carrieres-lumieres.com/fr/home

J’ai fait Gauguin et Van Gogh en Provence l’année dernière, et je ressors encore cette après-midi des Carrières des paillettes plein les yeux. Et dès que je rentre sur Paris, promis, je vais voir l’expo Chagall !

En attendant, si vous avez la chance de passer dans ce beau pays, ce lieu vaut vraiment le détour. Sans parler des Baux de Provence  à 200 mètres qui surplombent les Alpilles, les champs d’olivier et les masets en vieille pierre dans les champs.