Petite pause à NYC

Le temps d’une semaine de vacances de l’autre côté de l’Atlantique et à très bientôt ! Profitez de vos vacances !

***

I take one week vacation to NYC and I’ll be back. Enjoy your summer !

cfcbe1a276905133417a0aa70134c682_h

Publicités

Carl Larsson, scènes d’intérieur

Carl Larsson est un de mes peintres préférés. Surtout connu pour ces aquarelles, ce peintre suédois a dû faire un séjour à Paris pour recevoir enfin la reconnaissance dans son pays d’origine. C’est dans sa ferme Spadarfvet qu’il peint selon moi les plus belles scènes, avec des tons chaleureux, familiaux, rieurs et pleins de l’espièglerie de ses enfants.

Son album « Notre maison », peint entre 1894 et 1896, met en scène ses fils Ulf et Pontus, ses filles Brita, Suzanne, Lisbeth, Karin et sa femme Kersti, dans leur nid douillet.

En voyant ses toiles, je pense aux grandes tablées que les Suédois dressent à Noël, avec les chandeliers, les harengs, les boulettes de viande et la purée accompagnée de confiture d’airelles, le « Johansson frestelse », sorte de gratin Dauphinois aux harangs, et bien sûr les « Safransbullar » pains au safran préparés pour la Sainte Lucie avec les « kanelsbullar » – mythique roulés à la cannelle. Le tout au coin d’un grand poêle blanc en céramique…

Brita et moi, aquarelle 1895

Brita et moi, aquarelle 1895

Aquarelles extraites de l'album "Notre Maison" 1894-1896 A droite :  Ma Chambre A gauche : Entre Noël et Jour de l'An

Entre Noël et Jour de l’An                                                        Ma Chambre                                                                                                   Aquarelles extraites de l’album « Notre Maison » 1894-1896

A gauche : Lisbeth, 1894 A droite : Suzanne, 1894

Lisbeth,aquarelle 1894                                                        Suzanne, aquarelle 1894

La Fête matinale, extrait de l'album "Notre Maison', 1894-1896

La Fête matinale, extrait de l’album « Notre Maison’, 1894-1896

La Punition, aquarelle extraite de l'album "Notre Maison" 1894-1896

La Punition, aquarelle extraite de l’album « Notre Maison » 1894-1896

La Chambre de Karin et des petites

La Chambre de Karin et des petites

La Fenêtre aux Fleurs

La Fenêtre aux Fleurs

Ulf et Pontus, aquarelle 1894

Ulf et Pontus, aquarelle 1894

La fête de la Madeleine en Provence

Chaque année, les Châteaurenardais perpétuent la tradition de la charrette de la Madeleine dans le nord des Bouches du Rhône. A ne pas confondre avec les fêtes de la Madeleine de Mont-de-Marsan dans les Landes, qui célèbrent la patronne de la ville en juillet, la charrette de la Madeleine est unique au monde car elle est laïque et républicaine.

D’origine purement provençale, la charrette défilait déjà au Moyen-Age pour marquer la fin des travaux lourds des champs. Depuis le 17ème siècle, la charrette est organisée tous les premiers dimanches d’août par la confrérie des Jardiniers, devenue en 1907 la confrérie des Maraîchers.

Les charretiers préparent la charrette toute la journée du samedi avec leur famille. Les femmes enfilent sur des bouts de ficelles des haricots, des poivrons, et autres légumes, que les hommes viennent ensuite fixer à la charrette, avec du buis récupéré dans le maquis, ainsi que près de 3000 glaïeuls rouges.

(See English translation in the end)

charrette de la madeleine - Provence

fete de la madeleine, chateaurenard

Le dimanche matin juste avant le défilé, tout le monde est invité à petit-déjeuner par les charretiers à l’ombre des platanes – au menu : andouillette, saucisse, rosé et croissants-café-. Les 80 chevaux de trait sont harnachés à la sarrasine pendant près de deux heures, et enfin, on monte le buste de la Marianne républicaine sur la charrette à 10h30, juste avant qu’elle ne parte faire le tour de la ville de Châteaurenard.

charrette de la madeleine, chateaurenard

P1080068@Pola(20130804213309) P1080077@Pola(20130804213401) P1080080@Pola(20130804213508)

Dans la région, d’autres confréries sont présentes et actives comme les confréries de Rognonas, ville de 4 100 habitants, limitrophe d’Avignon. Il existe une confrérie pour chaque charrette à Rognonas : la confrérie de St Eloi, la confrérie de St Roch, le Bon Ange et la Charrette de la Brebis – mais toutes sont d’origine religieuse.

Petite anecdote à Châteaurenard où cohabitent la charrette républicaine de la Madeleine et celle, religieuse de la Saint-Eloi : de nos jours les chevaux de trait se faisant rare, les confréries de la Madeleine et de la St-Eloi châteaurenardaises se partagent les chevaux. Il est arrivé que les charretiers de la Madeleine peignent les sabots des chevaux en rouge, la veille du défilé de la Saint-Eloi.

P1080089@Pola(20130804213623)

P1080091@Pola(20130804213709) P1080098@Pola(20130804213748)

Ces traditions de charrettes sont restreintes au triangle au nord des Alpilles : de Saint-Rémy de Provence à Rognonas, en passant par Beaucaire, Mollégès, Maussane, Maillane, Noves et Eyragues. A Carpentras, pourtant seulement à 20 kilomètres au nord d’Avignon, ces traditions se sont éteintes au XIXème siècle. Les mairies ont essayé de relancer les confréries, mais les jeunes générations n’ont pas repris le flambeau après cette rupture.P1080115@Pola(20130804213928) P1080123@Pola(20130804214027)

Les hommes portent le béret et la taillole (ceinture) rouges, le pantalon bleu et la chemise blanche, et bien entendu la cocarde pour rappeler la caractère républicain de la charrette.

On appelle « bayle » l’homme qui mène le cortège des 80 chevaux. Les autres membres de la confrérie des Maraîchers sont debout sur leurs chevaux et font claquer leur fouet pendant le défilé, ou encadrent la marche.

Il revient à la baylesse, la femme du bayle, de placer le buste de la Marianne sur la charrette, puis le bayle vient accrocher l’écharpe républicaine.

P1080151@Pola(20130804214507)P1080173@Pola(20130804214912)

P1080181@Pola(20130804215132) P1080197@Pola(20130804215227)***

Each year, the inhabitants of Châteaurenard continue the tradition of the wain of the Madeleine in Provence. You should not mistaken it with the celebration of Madeleine in Southern Western France which is a religious celebration, whereas the wain of the Madeleine is secular and republican.

The wain of the Madeleine was born in Provence, in the Middle Ages, where it would celebrate the end of the works in the fields. Since the 17th century, the wain is organised every first Sunday of August by the guild of Gardeners, that became in 1907 the guild of Market Gardeners (« maraîchers »). The carters prepare the wain the whole Saturday with their families. The women sew up beans, peppers and all types of vegetables. Then, the men fix the vegetables on the wain, with box tree found in the scrubland, and about 3 000 red gladiolus.

Sunday morning, just before the parade, everyone is invited to share breakfast with the carters under the plane trees – au menu : andouillette, sausages, rosé, croissants and coffee-. The 80 work horses are dressed up with Saracen style decorations, and finally, near 10h30, the bust of the French Republican symbol Marianne is installed on the wain, just before going through the town of Châteaurenard.

In the area, there are others guilds who organize wains, as in Rognonas (4 100 inhabitants)  where you can find the guild of St Eloi, the guild of St Roch, the Bon Ange (« good angel ») and the wain of the Ewe, all them with religious origin. The little story is that in Chateaurenard, where both religious (St Eloi) and secular (Madeleine) guilds share their work horses for the parades, it happened that the Madeleine guild would paint the hoofs in red to taunt the religious guild with this socialist color, the day before the religious parade.

This wain tradition is limited to a triangle in the North of Alpilles in Provence: from Saint Rémy de Provence to Rognonas, including Beaucaire, Mollégès, Maussane, Noves and Eyragues. In Carpentras however, only a few kilometers in the north of Avignon, those traditions died in the 19th century. The city halls had tried to revive the guilds, but the young generations did not take over from the eldest.

In Châteaurenard’s guild of the Gardeners, the men wear red hat and belt (« taillole » in regional language), blue pants and white shirt, and of course, the cockade to remind the Republican origin of the wain. The leader of the parade is called a « bayle » and the other carters walk along the horses or stand up on their backs while whistling  their whips. The « baylesse », the wife of the bayle, is entitled to place the bust of Marianne on the wayn, and her husband, the bayle, must then place the Republican French flagged scarf on Marianne.

Des aquarelles venues de Chine

Parce qu’on parle trop peu des artistes chinois et qu’a eu lieu il y a quelques mois la Biennale de Shangai rassemblant les meilleurs aquarellistes du monde entier, voici trois aquarellistes que je voudrais présenter.

Pour la simplicité des sujets qu’ils traitent, pour la sobriété de leur palette et la manière dont ils traitent la lumière.

***

We do not speak enough about Chinese artists, and after the Shanghai Biennale gathering the best watercolour painters from the whole world, I wanted to introduce three Chinese painters.

Given the simplicity of what they paint, the sober tones and hues they use, and their treatment of the light.

chatters, zhou liming

Chatters, ZHOU LIMING

late spring, Tian Ye

Late Spring, TIAN YE

Lonely, Hou Wei

Lonely, HOU WEI
After the new year, wang weiAfter the New Year, WANG WEI